Concernant le premier volet -le repositionnement des vins-, M. Bussereau s'est prononcé pour une évolution des règles de l'AOC, en particulier sur les densités de plantation, la mécanisation et la réécriture des décrets AOC. S'agissant de la restructuration du Beaujolais, M. Bussereau s'est dit « très favorable à la mesure d'arrachage temporaire », qui permet selon les professionnels du secteur « d'arracher les vignes et les replanter en tenant compte des nouvelles règles de production de l'AOC ».

M. Bussereau a ajouté qu'il allait travailler à la mise au point d'un dispositif de restructuration « compatible avec la réglementation communautaire et adapté au Beaujolais ». Il a aussi invité les coopératives locales à s'inscrire dans le plan d'aides de 5 millions d'euros décidé au printemps 2006 pour les aides aux entreprises.

Source de l'article : pleinchamp.com