« Au niveau viticole, soulignait David Dessaigne, animateur d'une base de loisirs en Dordogne, la cave de Jean-Pierre Beltoise (coureur automobile) sera bien plus intéressante cet après-midi. Là, ce sont plutôt des curieux qui ont le coeur à gauche, qui sont venus ». Dix minutes avant que l'Hôtel des ventes n'ouvre, à 11h00, quelque 200 personnes se pressaient devant le rideau de fer. « Ils ne savent pas que Mitterrand ne buvait jamais d'alcool fort et très peu de vin », commentait Dessaigne. Un argument qui n'aurait pas empêché les nostalgiques de l'ère Mitterrand de se ruer, comme au premier jour des soldes, vers l'étroit escalier mécanique qui devait les conduire à l'une... des plus petites salles de l'Hôtel Drouot. Ce fut la foire d'empoigne pour tenter de trouver un siège en contournant les trépieds des caméras. Dans un coin trônait une vitrine abritant quelques-unes des meilleures bouteilles. Le gros de la troupe resta dehors.

Source et suite de l'article : crusetsaveurs.com