Des chiffres qui inquiètent les viticulteurs

Alors que les viticulteurs français se préparaient à leur manifestation de Nîmes, les chiffres des exportations des vins français ont été publiés. Et ils sont loin d'être bons pour les exploitants. En effet, le chiffre d'affaire des vins français exportés à l'étranger a baissé de 13% en 2004, de même que le volume exporté est en baisse de 13,2%. Or, c'est une moyenne, mais les écarts peuvent être plus sensibles d'une région à l'autre. Par exemple, cette baisse est de 16,7% en Languedoc-Roussillon. Mais, le principal problème des viticulteurs français est que cette baisse n'est pas simplement passagère, bien au contraire. La baisse des exportations de vin français à l'étranger baisse beaucoup depuis quelques années en raison de la concurrence étrangère, notamment en provenance du Chili, d'Afrique du Sud, des Etats-Unis,… . Et cette baisse des ventes touche aussi la France. En effet, la consommation de vin en France a baissé de 30% en une décennie et de 50% en quarante ans. Or, dans ce cas, les vins étrangers ne sont pas la cause de cette baisse (ils représentent 2,5% des ventes en France). C'est un changement d'habitudes dans la vie des français qui explique ceci. Ceux-ci ne consomment plus du vin à tous les repas, comme il y a encore trente ans, mais préfèrent des meilleurs vins qu'ils dégustent lors de grands repas ou simplement pour le plaisir.

Le manque d'aides provoque des violences

Face à cette crise dans le secteur viticole français, le gouvernement et l'Europe n'ont quasiment rien fait. Le gouvernement avait seulement mis en place 40 millions d'euro d'aides sous forme de prêts bonifiés, qui n'aident en rien les exploitants déjà endettés. De même, les 140 millions d'euro d'aides promis par Bruxelles ne suffiront pas à remettre sur pieds de nombreuses exploitations. Certaines zones sont en effet moins touchées que d'autres. Ainsi, les viticulteurs de la région bordelaise, qui font des vins plus côtés que dans les autres régions du Sud de la France, sont moins touchés par cette crise et, grâce à leur situation financière, peuvent financer des restructurations. Or, c'est loin d'être le cas de tous les viticulteurs de France. Face à cette situation, les viticulteurs français ont commencé à protester contre les vins espagnols, produits et vendus moins chers que les vins français. Ils reprochent en effet à l'Espagne de ne pas faire respecter à ses viticulteurs les quotas imposés par Bruxelles et dont l'application en France est, pour les viticulteurs, la cause d'une grande partie de leurs problèmes. Face à cette situation de faits et à l'incompréhension qui existe entre le gouvernement et les viticulteurs, ceux-ci ont décidé de passer à l'action. Ils ont ainsi, en marge de la manifestation de Nîmes, dévasté des magasins et s'en sont pris aux installations de la SNCF, causant de nombreux dégâts matériels. La SNCF va porter plainte pour dégradations volontaires.

La tension monte toujours entre les viticulteurs et les autorités françaises et européennes. Il faut espérer qu'ils trouveront un terrain d'entente afin de calmer la situation.

Source : http://www.tonguide.com/